L'AFDOC publie 3 fois par an sa revue "AMICOEUR"

Nous vous laissons le soin de prendre connaissance du sommaire de la revue N° 130 de Mai 2016

 

Couverture

 

 

 

Parc de la Tête d’Or à Lyon

 

Éditorial

 

L’éducation thérapeutique du patient … de quoi s’agit-il ?

Il est avant tout nécessaire d’éviter le faux sens qui souvent fait prendre le terme éduquer au sens de former, pour ne pas dire formater.

Alors, de quoi s’agit-il ? Chacun des termes de l’expression parle de lui-même. Prenons-les dans l’ordre inverse. Il s’agit d’un patient, c'est-à-dire d’une personne atteinte de maladie chronique ou d’une affection longue durée (ALD) qui doit vivre désormais avec cette affection, cette maladie.

L’action visée est celle qui concerne le soin (thérapeutique), donc l’amélioration de sa condition de vie, de sa qualité de vie, malgré la pathologie dont il est atteint. Comment alors gérer au mieux cette dualité, cette opposition, cet antagonisme pourrait-on dire qualité de vie/maladie.

C’est donc, au final, une affaire de conduite comme nous l’apprend l’étymologie du terme éducation qui vient du latin ducere qui signifie conduire, accompagner. Mais comme nous le savons tous, la conduite est une action qui s’apprend et dont l’apprentissage passe par un nécessaire accompagnement, avant d’atteindre une certaine forme d’autonomie. Pourtant cette autonomie est toujours confrontée à la réalité du quotidien et a toujours besoin de pouvoir trouver accompagnement, consolidation et dans le cas présent réconfort.

L’éducation thérapeutique du patient s’appuie donc bien sur trois piliers indissociables l’un des autres, d’un accompagnant-soignant, d’un patient dans une relation nouvelle qui les lie tous les deux dans une dimension nouvelle, non plus celle de dominant/dominé comme c’était trop souvent le cas, mais pas forcément dans l’ordre où l’on pourrait le penser, le dominant n’étant pas toujours celui que l’on croit.

La conduite n’est plus seulement une affaire de savoir mais celle d’un co-pilotage d’une situation dans laquelle chacun a une fonction propre en pleine responsabilité de la sécurité et du bien-être de l’autre, l’un détenteur du « road-book », l’autre au volant, en intercommunication permanente pour rester dans la métaphore de la conduite automobile. Car la santé, puisqu’en fin de compte c’est de cela qu’il s’agit, « est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité».

Préambule à la constitution d l’ OMS, tel qu’adopté par la Conférence internationale sur la Santé, New York, 19 juin-22 juillet 1946, signé le 22 juillet 1946 par les représentants de 61 états (Actes officiels de l’ OMS n°2 p. 100) et entré en vigueur le 7 avril 1948.

 

Marc RESCHE Président National de l'AFDOC

 

SOMMAIRE DU N° 130 DE MAI 2016

02 - Edito

03 - Cancer du Côlon

04 – Gériatrie

05 - Notre ennemi, le cholestérol

06 – Parodontite

07 - Régime méditerranéen

08 – Fibromyalgie

09 - Enquête - Prenons notre cœur en main & Approche holistique du Patient

10 - Recette - terrine poivrons aubergines

11 - Recette du Poulet Mémé

12 - Centre Val de Loire

13 - Centre Val de Loire - Photo AG 2016

14 - Languedoc Roussillon

15 – Meuse

16 – AFDOC Ain-Rhône

17 - Ain-Rhône Photos Assemblée Générale

18 - Ain-Rhône Assemblée Générale conférence Dr. Boutarin

19– AFDOC Isère

20 - Isère photo Assemblée Générale 2016

21 – AFDOC Loire

22 – AFDOC Savoie

23 – AFDOC Haute Savoie

 

Adhérez à l'AFDOC pour lire la totalité des articles et de la revue